J’ai lu un bon article concernant l’accumulation de glace ou de glaçons sur le toit d’une maison, c’est très intéressant et peu  prévenir bien des problèmes.

Voici l’article :

De la glace sur le toit : découvrez ce qui se cache derrière les glaçons

C’est l’hiver et vous revenez de faire vos emplettes. Votre regard est attiré vers votre toiture où le soleil brillant fait scintiller de mille feux les glaçons qui pendent à votre gouttière. Soudainement, la féerie laisse place au doute : le poids de toute cette glace risque-t-il d’arracher la gouttière ? Vous jetez un coup d’œil à gauche et à droite, mais aucun de vos voisins ne semble aux prises avec une telle problématique. Découvrez les causes derrière cette accumulation de glace et apprenez comment y remédier.

Bien présent, mais méconnu dans notre froide province, ce phénomène d’accumulation de glace sur la toiture se produit lorsque la température de l’entretoit s’élève au-dessus du point de congélation. C’est alors que la situation devient problématique. L’air de l’entretoit se réchauffe et fait fondre la première couche de neige en contact avec la couverture. Cette neige changée en eau s’écoule jusqu’au débord du toit où, puisque cette section n’est généralement pas réchauffée, elle gèle de nouveau. La glace s’y accumule petit à petit, couche par couche, jusqu’à former une structure connue à juste raison sous l’appellation de barrage de glace. Lorsque rien n’est fait pour diminuer la température dans l’entretoit la neige continue de fondre, mais le barrage de glace empêche l’eau de s’évacuer correctement (voir schéma plus bas).

Cette eau risque alors de pénétrer sous les bardeaux et de s’infiltrer à l’intérieur des murs où elle peut occasionner la formation de moisissures et porter atteinte à l’intégrité de la structure. Illustrons ces propos à l’aide d’un cas bien réel sur lequel nos experts ont été appelés à intervenir l’an dernier.

La maison, construite en 1975, présentait une toiture recouverte de bardeaux d’asphalte que le propriétaire avait fait refaire deux fois au cours des sept dernières années, car la glace qui s’y formait accélérait grandement sa dégradation.  Voulant corriger la situation, il écoute les conseils de son beau-frère et fait installer trois aérateurs de toiture en pensant que mieux ventiler son toit allait régler la situation.  Malheureusement, plutôt que de régler le problème, cette modification l’a aggravé. Comment est-ce possible ? Et bien, les aérateurs ont pour effet d’aspirer l’air de l’entretoit vers l’extérieur. Par contre si le plafond comporte des ouvertures, l’air chaud et humide de la maison sera aspiré vers l’entretoit, ce qui aura pour effet d’y augmenter considérablement la température. Avec leurs instruments, nos experts ont réussi à déterminer l’ampleur des exfiltrations en provenance de la partie habitable (évent de plomberie, luminaires encastrés, pourtour de la cheminée et même un haut de mur ouvert directement sur l’entretoit). Mises côte à côte, elles totaliseraient une ouverture de près de trois pieds carrés ouverts sur l’entretoit, soit l’équivalent d’une fenêtre ouverte à l’année !

Conséquences : des infiltrations d’eau importantes qui ont entraîné la prolifération de moisissures dans l’entretoit et dans les murs extérieurs.

Dans cet exemple, la problématique d’exfiltration d’air entre la partie habitable et l’entretoit était considérable. Si ce n’avait pas été le cas, peut-être que l’installation d’un meilleur système de ventilation dans l’entretoit aurait suffi à régler la situation. Se fiant aux recommandations de nos experts, le propriétaire a isolé son entretoit à l’aide d’uréthane giclé qui agit en tant que système pare-air et permet d’éliminer les fuites en provenance de la partie habitable.

Les causes possibles derrière les barrages de glaces sont nombreuses; exfiltrations importantes d’air chaud vers l’entretoit, ventilation inadéquate, configuration du toit, ensoleillement, manque d’isolant ou une mauvaise évacuation des ventilateurs mécaniques.  Chaque situation est unique et un propriétaire consciencieux devrait toujours faire appel à un expert avant d’entreprendre des travaux. Ce dernier sera en mesure d’identifier la source du problème, de poser un diagnostic clair et de proposer des solutions appropriées. L’avis de l’expert permettra au propriétaire d’investir son argent dans les bons travaux et de régler le problème du premier coup.

Si vous vous reconnaissez dans cette situation, nos experts peuvent vous aider. Communiquez avec nous par courriel, par le biais de notre chat en direct ou au 514-286-0550.

 

Source:  Legault-Dubois.ca

 

À propos de l'auteur
21 articles à son actif

JESSICA POIRIER-KNITEL

118 queries in 0,814 seconds.
À propos de ce site
Outils