Petit conseil pour vous, résidants de Blainville!

Comment préserver la surface de vos balcons de béton afin d’en assurer la longévité?

Ne jamais utiliser du sel de déglaçage sur du béton. L’utilisation de sel provoque un effritement prématuré. Utilisez soit du sable ou gravier fin pour prévenir une chute accidentelle causée par l’accumulation de glace.

Voici un article intéressant à ce sujet :

Comme chacun d’entre nous peut le constater en arpentant les innombrables rues qui sillonnent la province, les balcons de béton sont bien présents au Québec, car ils offrent une surface durable.  Toutefois, certains produits tels que les sels de déglaçage ainsi que des outils comme les pelles en métal peuvent contribuer à leur détérioration.  Il n’est pas rare au cours de nos inspections de constater des armatures rouillées et friables ou encore des morceaux de bétons détachés de la structure, ce qui en compromet grandement l’intégrité.  Pour éviter un usage prématuré de ces structures comme le constatent trop fréquemment nos techniciens, il importe de prendre certaines précautions de base.

En plus d’être néfastes pour l’environnement, les sels de déglaçage au chlorure de sodium ou de calcium peuvent faire rouiller les armatures d’acier à l’intérieur des structures.  L’armature, c’est ce qui confère de la force au béton du balcon et qui l’empêche de s’effondrer prématurément.  Pensez à un viaduc; l’intégrité de la structure est grandement compromise aussitôt que l’armature est endommagée.

Considérant que l’utilisation de ces sels de déglaçage  augmente exponentiellement le cycle de gel et dégel, ce qui en provoque un effritement prématuré, il n’est pas surprenant qu’il soit déconseillé d’en utiliser sur toutes surfaces de béton. Les sables ou les graviers fins seraient de bons succédanés, car ils empêcheront les utilisateurs de perdre pied tout en conservant l’intégrité de l’armature du béton. Une fois le printemps venu, un simple coup de balai nous débarrasse du surplus accumulé sans dommage aucun à la structure.

Un autre aspect important à garder en tête l’hiver en ce qui concerne les perrons de béton est le soulèvement par le gel.  Usuellement, les constructeurs livrent les maisons à leurs nouveaux occupants avec un aménagement de terrain brut, c’est-à-dire sans pelouse ni aménagement paysager.  Lorsque vient le temps de finaliser cet aspect de votre demeure, nos experts vous conseillent de ne pas remplir l’espace libre entre le sol et le dessous de la dernière marche du perron, car cet espacement remplit un rôle bien précis; empêcher que le gel soulève le sol et endommage l’escalier de béton.

 Source : legault-dubois.ca. (http://www.legault-dubois.ca/chronique-habitation/infolettre15decembre2014-web.html)

À propos de l'auteur
21 articles à son actif

JESSICA POIRIER-KNITEL

120 queries in 0,884 seconds.
À propos de ce site
Outils